mercredi 22 mai 2013


COMPRENDRE LA RESPIRATION


Respirer est un schéma moteur basique au même titre que marcher, maintenir une certaine posture etc.

Le bon schéma respiratoire peut se perdre au même titre que la meilleur façon de se tenir, de marcher, ou même de courir. Avec des conséquences (mauvaises oxygénation, fatigue, douleurs, stress...)

Nous allons détailler pas à pas tout cela....

Mais avant toute chose, arrêtez vous de lire un instant, décontractez vous et prenez à cet instant, une grande inspiration puis, expirez lentement.

En général, on ne pense pas à notre respiration. Cet acte de tous les instants est le premier réflexe qui se met en marche à la naissance. Et par la suite, nous n'avons pas y penser, la respiration fait partie des actes corporels totalement automatisés par le cerveau.

Cependant, de la même manière que tous les schémas moteurs du corps peuvent être modifié (de façon positive, ou, le plus souvent négative), respirer convenablement selon les situations peut se perdre au fil des années. Or l'impact d'une mauvaise respiration a des
conséquences négatives sur l'ensembles du corps.

Il y a un instant, je vous ai demandé de respirer profondément. Comment était-ce ?

Avez-vous inspiré par le nez en gonflant le ventre, maintenu le ventre gonflé d'air une seconde puis lentement expiré ?
Ou alors, avez vous inspiré par la bouche, gonflé la poitrine voir même haussé les épaules puis soufflé par la bouche ?

La majorité des gens respire de la seconde façon.

Les jeunes parents s'émerveillent toujours devant le petit ventre de leur bébé qui se gonfle et se dégonfle, car le bébé adopte naturellement et instinctivement une respiration dite abdominale.
Cependant plus on avance dans la vie, nous sommes sujets à différents stress d'ordre physique (Mauvaise posture, traumatismes etc.) Ajouté à celà, le stress environnemental de notre société qui nous impacte (clin d'oeil à Maeva), nous touche, élève notre anxiété, notre frustration (Clin d'oeil à Martine), et finit, par modifier notre façon de respirer.

En en état de stress ou d'anxiété chronique notre corps fonctionne différemment afin de faire face à un éventuel danger. Même s'il n'y a pas de menace évidente et imminente notre corps se tient prêt à fuir, combattre, etc. Ce qui nécessite un schéma respiratoire d'action ou d'urgence qui lui même augmente la tension musculaire, l'état de vigilance et d'anxiété... La boucle est bouclée.

Une mauvaise respiration va donc avoir un impact négatif puissant sur l'ensemble du corps et sur notre posture.

Voici quelques effets négatifs : 

- Les cellules ont moins le temps de capter l'oxygène
- La libération de dioxyde de carbone est augmenté, ce qui créé un état d'alcalose respiratoire, c'est à dire une augmentation du PH du sang qui crée ( ou maintien) à son tour un état d'anxiété.  D'une part nos muscles fonctionnent mal en état d'alcalose, mais d'autre part l'état d'anxiété favorise l'adoption ou le maintien de mauvaises postures (refermé sur soi-même).
- Un état de stress qui lui même dilate les pupilles, assèche la bouche, et phénomène ensuite des mains moites.
- Des maux de têtes (90 % des migraines sont le signe d'une mauvaise respiration).
- Une augmentation des tensions corporelles et une diminution de la capacité à se relaxer et être détendu.
- Une augmentation des perceptions douloureuses.
- Un état de fatigue général et régulier.

Maintenant voici les effets  plus précis d'un mauvais schéma respiratoire sur nos muscles : 

- Une élévation des côtes supérieures créant un sensibilité plus importante sur les cartilages des côtes et sur les muscles intercostaux.
- La partie thoracique de la colonne vertébrale bouge et fonctionne moins bien à cause justement de l'élévation des côtes lors de la respiration.
- De nombreux muscles de la partie haute du dos et du cou deviennent hyperactifs et hypertoniques, favorisant la création de spasmes ou de contractures musculaire et modifiant encore plus le fonctionnement des côtes et de la partie thoracique de la colonne.
- La région cervicale perd de sa mobilité et devient plus raide à cause des muscles hyperactifs et de tous les éléments que nous venons de citer.
- Perturbation du fonctionnement des épaules, de la ceinture scapulaire.

Enfin, il existe deux muscles puissants du corps que l'on nomme le carré de lombes et le psoas ( Je mettrais des photos prochainement de ces muscles). Ces muscles sont connectés au diaphragme, un des principaux muscles de la respiration, via leur insertion commune au niveau des vertèbres lombaires. Un mauvais schéma respiratoire va donc influencer négativement le psoas et le carré des lombes négativement, modifiant ainsi leur fonctionnement et leur capacité de stabilisation de mouvement de l'étage vertébral et du bassin, ce qui peut favoriser à terme, des problèmes au bas du dos ou au bassin.

Bien respirer doit faire partie intégrante de notre vie et par extension d'un bon programme quotidien pour obtenir un corps équilibré.

La vie moderne influence négativement beaucoup de paramètre dont la respiration et il devient donc vital pour une bonne santé à long terme et pour un meilleur fonctionnement corporel de mieux respirer ou de réapprendre à bien respirer.

C'est ce que nous verrons prochainement... Mais pour bien respirer, encore faut il corriger le cercle vicieux, et corriger le premier déséquilibre qui est la "Posture".